Association romande des métiers du patrimoine bâti

INTERREG – «TRANSMISSION DES SAVOIR-FAIRE TRADITIONNELS DU BÂTIMENT - MISE EN RESEAU ET VALORISATION DES ARTISANS»

Association romande des métiers du patrimoine bâti (ARoMPB)

Décembre 2013 au 31 mai 2014

Ce rapport intermédiaire se rapporte à la période de démarrage du projet, réalisée en étroite collaboration avec nos partenaires français, le Parc naturel régional du Haut-Jura et le Musée de plein air des maisons comtoises de Nancray. Nous nous sommes attachés à développer et à affiner les rapports avec les partenaires associés à cette action pour les couvertures en bois (tavillons, tavaillons et bardeaux), les murs en pierres sèches et ceux des maçonneries à la chaux en appareil de moellons. L'élaboration des programmes de cours a pu être menée à bien et la phase suivante, concernant la préparation des supports de cours, a pu être engagée. Près d'une cinquantaine de séances ont été organisées et animées en majeure partie par nos soins entre les divers partenaires du projet depuis début décembre 2013. Ainsi, des formations valorisantes seront développées qui déboucheront sur des certifications par les écoles, les associations professionnelles et l'AROMPB dans un premier temps, avec en point de mire la mise en place de brevets fédéraux dans un second temps. Parallèlement, la préparation de l'ouvrage qui relatera les aspects de ces métiers spécifiques et de leurs diverses techniques a été mise en chantier avec le choix d'un rédacteur et de celui d'une maison d'édition.

Tavillons et bardeaux

Le projet de cours sur les matériaux de couverture et de revêtement de façade en bois fendu a connu une évolution réjouissante. Plusieurs séances ont permis d'examiner et d'affiner en détail le projet en collaboration avec l'Association romande des tavillonneurs (ART) et le Centre de perfectionnement interprofessionnel de Fribourg (CPI). Son directeur, M. Stéphane Rolle, s'est investi personnellement dans la conception du cours et a élaboré un programme avec une délégation composée de deux tavillonneurs désignés par l'ART. Précisons également que nous bénéficions de l'appui précieux de M. Roland Schmutz, directeur retraité de l'Ecole professionnelle artisanale et commerciale de Bulle. Le cours se déclinera en quatre modules: fabrication, préparation avant pose, pose et pose avancée selon le programme figurant en annexe. Son contenu a été approuvé en assemblée extraordinaire par l'ART à l'unanimité des membres présents. M. Schmutz et le soussigné s'attachent maintenant à développer une première proposition de rédaction des supports de cours. Des réunions de travail avec l'ART permettront ensuite d'affiner cette proposition; la première séance se déroulera dans le courant de cet été en France, au Parc naturel régional du Haut-Jura. Les cours débuteront cet hiver, l'été et l'automne n'étant pas favorable à leur organisation en raison de l'occupation des participants pressentis sur les chantiers.

Maçonneries et enduits à la chaux

Les cours sur les maçonneries et enduits à la chaux se dérouleront au Centre professionnel des métiers du bâtiment de Colombier (Neuchâtel) sous la direction de M. Christophe Pétremand, coordinateur pour les formation d’adultes, en collaboration étroite avec MM. Jacques Bujard et Patrick Jaggy, respectivement conservateur et technicien de la Section conservation du patrimoine de la République et canton de Neuchâtel. Nous avons fait appel pour le montage des supports de cours et la dispense de l'enseignement à M. Roger Simond, expert sur le plan romand en maçonnerie à la chaux touchant au domaine patrimonial, qui avait déjà dispensé des formations de ce type dans le même centre il y a une quinzaine d'années. Les cours seront organisés au cours de cet hiver dans une halle du Centre de Colombier (voir programme de cours en annexe).

Murs de pierres sèches

La formation des maçons de pierres sèches se déroulera en étroite collaboration avec la Fédération suisse des maçons de pierres sèches (FSMPS) et son responsable des formations, M. Urs Lippert. Plusieurs cours partiels, principalement de sensibilisation sont déjà présents dans ce domaine et dispensés par diverses organisations. L'école des métiers de la terre et de la nature à Cernier (EMTN), dirigée par M. Pierre-Alain Berlani, a pour vocation de mettre en place des post-formations, dont une à l'intention des paysagistes, qui comprend un volet théorique sur les murs de pierres sèches. Ce cours avec son volet murs fait également l'objet d'un financement Interreg et nous avons décidé, avec l'accord des responsables suisses de ce programme, d'associer nos moyens et nos forces. Nous prévoyons également de joindre à notre démarche l'Ecole d'agriculture de Châteauneuf en Valais qui dispense depuis plusieurs années des cours sur la construction des murs de soutènement en pierres sèches. Les examens de fin de module et celui de fin d'étude seront organisés pour les murs de clôture en pierres sèches à la Halle des maçons de Moutier. Les Parcs jurassiens (Parc naturel régional Jura vaudois, Parc naturel régional Chasseral, Parc naturel régional du Doubs) sont demandeurs dans ce domaine et participent activement comme partenaires de notre projet.

Reconnaissances des cours

Ces formations se dérouleront selon plusieurs modules qui feront chacun l'objet d'une reconnaissance par le biais de certificats délivrés par les Ecoles et Associations professionnelles concernées ainsi que par l'AROMPB qui pilote notre projet Interreg. Des examens finaux couronneront la formation.

Brevet fédéral

Une reconnaissance de nos post-formations est indispensable et la voie la plus logique serait celle d'un brevet fédéral. M. Rolle, directeur du CPI de Fribourg avait eu un contact préalable avec le SEFRI (Secrétariat d'état à la formation et à l'innovation) qui nous a recommandé de contacter l'Association Handwerk in der Denkmalpflege (HiD) ou en français Artisan(e) en conservation du patrimoine culturel bâti, reconnue compétente pour délivrer des brevets dans ce domaine. Les cours sont dispensés uniquement en allemand pour sept métiers de la restauration du patrimoine construit. Ils s'adressent à des artisans déjà formés, par exemple les titulaires d'un certificat fédéral de capacité. Les maçons, les tailleurs de pierre et les maçons de pierres sèches sont intégrés dans ces formations. Il convient de préciser que le module pratique traite uniquement des aspects de la restauration et ne remplace pas une formation professionnelle de base.

Brevet fédéral pour les maçons spécialisés
dans les maçonneries à la chaux

Le HiD offre un parcours idéal pour l'obtention d'un brevet fédéral pour les maçonneries de moellons à la chaux. Nous avons pris contact avec les responsables de cette association en rencontrant à Berne leur président et le coordinateur des formations, ainsi que leur représentant romand à Neuchâtel; nous avons également participé à leur assemblée générale à Lucerne. Nous avons ainsi pu prendre les contacts indispensables à une bonne compréhension du cursus organisé. Nous souhaitons adapter le cours allemand des maçonneries, crépis et enduits à la chaux, élaboré par M. Hanspeter Egli, entrepreneur à Zurich, que nous avons également rencontré. Notre formateur s'en inspirera afin que le cours de Colombier puisse être reconnu comme module pratique par le HID. L'étudiant pourra alors suivre la formation théorique générale, dispensée pour l'instant uniquement en allemand, mais qui devrait également faire l'objet d'un développement en Suisse romande.

Brevet fédéral pour les tavillonneurs
et les maçons de pierre sèches

Ces deux métiers ne disposent pas de formations reconnues par un certificat fédéral de capacité. L'intégration dans le cadre du HiD devrait être possible, mais les conditions ne nous semblent pas idéales. Pour les maçons de pierres sèches, le module pratique sera insuffisant pour compenser une absence de formation professionnelle préalable. Il représente toutefois une voie pour l'obtention d'un brevet fédéral, mais qui devrait être ouverte uniquement aux artisans ayant suivi les modules que nous mettons en place ou ceux d'une formation jugée équivalente. En effet, le brevet fédéral de maçon en pierres sèches ne nous semble pas pouvoir être ouvert sans autre aux tailleurs de pierre qui n'ont pas de bases suffisantes pour cette pratique professionnelle spécifique. Il en est de même pour les tavillonneurs, un charpentier ou un bucheron ne pouvant pas être titulaire d'un brevet dans ce domaine sur la base du module complémentaire pratique du HiD.

Cette réflexion nous a conduits à envisager la voie de brevets fédéraux distincts pour ces deux professions. Pour les maçons de pierres sèches, l'EMTN a contacté l'Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle (IFFP) à Renens pour étudier l'opportunité d'un accompagnement dans ce domaine. Elle nous aiderait à élaborer un profil professionnel et un profil de qualification en collaboration avec les parties intéressées afin de préparer un dossier à l'intention du SEFRI pour l'obtention d'un brevet fédéral. Nous en discuterons le 20 juin prochain avec nos partenaires et l'IFFP au cours d'une séance à Renens. En cas d'accord, l'AROMPB mandaterait l'IFFP pour piloter l'élaboration de ce dossier.

Ouvrage sur les savoir-faire traditionnels du bâtiment

Le projet d'ouvrage sur les savoir-faire traditionnels est piloté par le PNR du Haut-Jura. Les appels d'offres pour la rédaction du manuscrit et la réalisation de l'impression ont été analysés et les mandats de travail confiés à:

La sortie de presse du livre est prévue pour mai 2015.

Conclusion

La phase de démarrage du projet s'est déroulée selon nos espérances. Les écoles professionnelles contactées et les parcs naturels régionaux du Jura suisse ont réagi positivement à notre projet et se sont fortement engagées pour la mise en place des cours. Les programmes des modules ont pu être définis, ce qui va nous permettre de les proposer dans les milieux intéressés, principalement aux professionnels. Le rédacteur de l'ouvrage est au travail et une réunion est prévue entre celui-ci, la maison d'édition choisie et le graphiste ainsi que le pilotage Interreg pour coordonner de manière optimale la préparation du manuscrit. Nous sommes pleinement satisfaits de l'avancement du travail et de l'engagement de nos divers partenaires. La suite de notre action passe maintenant par la poursuite de l'élaboration des supports de cours et des démarches pour une reconnaissance de nos enseignements en vue de l'obtention de brevets fédéraux. Les premiers modules des cours pour les murs de pierres sèches débutent en juin prochain avec à ce jour un intérêt marqué de la part des professionnels.

Le 15 juin 2014

Association romande des métiers du patrimoine bâti (AROMPB)

Rapport d'activités de juillet 2014 au 30 juin 2015

La totalité des activités de l'ARoMPB a été consacrée au projet INTERREG "Transmission des savoir-faire traditionnels du bâtiment - Mise en réseau et valorisation des artisans". Les post-formations ont été mises en place durant cette période, en étroite collaboration avec les écoles concernées: le Centre interprofessionnel de Fribourg (CPI) pour les couvertures et revêtements en bois fendu, le Centre professionnel des métiers du bâtiment de Colombier (CPMB) pour les maçonneries à la chaux et l'Ecole des métiers de la terre et de la nature de Cernier (EMTN) pour les maçonneries de pierre sèche. Nos partenaires français, le Parc naturel régional du Haut-Jura et le Musée de plein air des maisons comtoises de Nancray ont été étroitement associés à nos démarches. La réalisation des supports de cours a été faite pour les trois métiers concernés; ils feront l'objet d'ajustements au fur et à mesure du développement des nouveaux cours ou des cours exixtants. Ces formations valorisantes ont permis de délivrer des certifications signées par les écoles concernées, les associations professionnelles et l'ARoMPB. Nous sommes entrés dans la phase active d'une mise en place de reconnaissances de nos formations par des brevets fédéraux, en collaboration avec l’Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle (IFFP) et avec le Secrétariat d'Etat à la formation et à l'innovation (SEFRI). Nous avons poursuivi les actions initiées qui sont détaillées ci-après. Parallèlement, la rédaction et l'impression de l'ouvrage en relation avec le projet ainsi que la réalisation de l'exposition sont achevés. Nous avons organisé plusieurs rencontres entre professionnels dans le prolongement des actions mises en place par le Parc naturel régional Chasseral.

Tavillons et bardeaux 

Le cours sur les couvertures et revêtements de façade en bois fendu (tav(a)illons et bardeaux), a été mis en place en collaboration avec l'Association romande des tavillonneurs (ART) et le CPI dirigé par M. Stéphane Rolle. Le support de cours a été préparé par le secrétaire de l'ARoMPB en collaboration avec M. Roland Schmutz, directeur retraité de l'Ecole professionnelle artisanale et commerciale de Bulle. A cet effet, la bibliographie et la documentation à disposition ont été utilisées, notamment celle du Parc naturel régional du Haut-Jura qui détient plusieurs rapports non publiés à ce sujet. Ce projet a été examiné dans un premier temps par l'ART et modifié en fonction de ses remarques. De manière à mieux adapter le support aux aspects transfrontaliers, une séance de travail a réuni à Sainte-Croix plusieurs membres de l'ART, nos partenaires français et M. Marc Forestier, auteur de l'ouvrage, sur le thème des métiers du patrimoine. Nous avions décidé d'attendre la publication de l'ouvrage pour finaliser ce support de cours, ce qui peut maintenant être fait.
Le cours compte quatre modules: fabrication, préparation avant pose, pose et pose avancée, mis en place et gérés par le CPI de Fribourg. L'ancien directeur de l'Ecole professionnelle de Bulle, M. Roland Schmutz, a apporté une aide précieuse à la mise en place des deux premiers modules.
Le premier cours s'est déroulé du 19 au 30 janvier 2015 dans un local mis à notre disposition par l'Ecole professionnelle, artisanale et commerciale de Bulle. Aucun enseignement n'ayant été dispensé à ce jour dans ce domaine, nous avons pris l'option de l'éprouver dans des conditions optimales, avec un effectif réduit (cinq à six participants), et de renoncer à percevoir un écolage, étant donné qu'il s'agit d'un test, aussi bien pour les participants que pour les tav(a)illonneurs qui pratiquent cet enseignement pour la première fois. Il est intéressant de citer l'avis de l'un des formateurs, Lucien Carrel, publié dans un article du journal La Gruyère, à propos du module de fabrication: "Avant, il fallait trouver et se faire accepter par un maître. Cette formation est un grand pas en avant pour notre métier." Le compagnonnage restera toutefois d'actualité, puisqu'entre le troisième module de pose et le second dit de pose avancée, le candidat devra justifier d'une pratique d'une année chez un artisan.
Le troisième module de pose s'est déroulé du 23 au 31 mars avec le remplacement de la toiture d'un refuge forestier de la commune de Vaulruz, la Cabane des Trois-Moineaux. Les candidats ont ainsi pu se faire la main sur un cas réel et utiliser les bardeaux et les tavillons fabriqués lors du cours précédent.
L'organisation du module suivant sur la préparation avant pose est en cours, alors que celui sur la pose avancée se déroulera dans le courant de l'hiver 2015-2016, après la période de pratique des candidats auprès d'un maître tavillonneur.
Les démarches pour le brevet fédéral de tavillonneur sont en cours avec le SEFRI (Secrétariat d'Etat à la formation et à l'innovation). L'intérêt de cet organisme pour nos formations est avéré, mais il souhaitait rattacher cette nouvelle formation à celles dispensée par le HiD, l'association Artisan(e) en conservation du patrimoine culturel bâti (Handwerk in der Denkmalpflege en allemand (voir ci-après sous partie murs de pierres sèches.
Après une première rencontre de sensibilisation très appréciée entre les tav(a)illonneurs français et suisses dans le Jura français le 8 novembre 2014, une nouvelle journée a été organisée à la vallée de Joux le 16 mai 2015. Les participants ont pu admirer la nouvelle toiture en tavillons du chalet de La Sèche-des-Amburnex et plusieurs réalisations de l'équipe des forestiers de la vallée de Joux. La visite d'un observatoire astronomique circulaire recouvert de tavillons, a permis de montrer l'adaptation de ce matériau à l'architecture contemporaine.

Maçonneries et enduits à la chaux

Les cours sur les maçonneries et enduits à la chaux se sont déroulés du 6 au 20 février et du 27 février au 13 mars au Centre professionnel des métiers du bâtiment de Colombier (Neuchâtel) sous la responsabilité de M. Christophe PETREMAND, coordinateur pour la formation d’adultes, et dispensés par M. Roger Simond, expert en maçonnerie à la chaux sur le plan romand. Il convient également de mentionner le soutien apporté par Section conservation du patrimoine du canton de Neuchâtel dirigée par M. Bujard. Son collaborateur, M. Patrick Jaggi a fourni un soutien précieux à l'organisation des cours, auxquels il a assisté et fonctionné comme expert pour évaluer les candidats. Plus de 40 maçons se sont inscrits, ce qui nous a obligés de dédoubler le cours. L'exercice consistait à réaliser une sorte de petite chapelle qui a été démolie après chaque cours; les moellons nettoyés ont pu être stockés à proximité de la halle, sous le pont voisin de l'autoroute, avec l'autorisation de l'Office fédéral des routes; ils seront ainsi disponibles pour la prochaine formation qui sera organisée dans le courant de l'hiver prochain.

Murs de pierres sèches

La formation des maçons de pierres sèches s'est déroulée en collaboration avec la FSMPS et l'EMTN de Cernier qui pilote également un projet Interreg sur ce thème et avec lequel nous nous étions associés. Nous avons fait traduire les supports de cours existants en allemand par un traducteur spécialisé. Le Parc naturel régional Chasseral est un partenaire précieux qui se charge de trouver les chantiers nécessaires aux cours. Un premier module de formation avait déjà eu lieu en 2014 et un nouveau s'est déroulé du 20 au 24 avril 2015 dans le périmètre du Parc naturel régional Chasseral.
Le mandat confié à l'IFFP a tenu ses promesses. Il a permis d'établir, au cours de trois workshops, un profil professionnel en collaboration avec les principaux partenaires actifs dans ce domaine sur le plan national: la FSMPS, l'EMTN de Cernier, l'Ecole d'agriculture du Valais à Châteauneuf, la Fondation Actions en Faveur de l'Environnement (FAFE) et l'Association Polo Poschiavo, qui s'occupe également d'un projet Interreg dévolu aux murs de pierre sèche entre la Suisse italienne et l'Italie. Les résultats obtenus sont un préalable indispensable à la mise en place d'un brevet fédéral. D'autres associations ont été contactées pour participer à la suite des démarches, notamment les paysagistes qui sont actifs dans le domaine de la pierre sèche.

Ouvrage sur les savoir-faire traditionnels du bâtiment

La rédaction de l'ouvrage sur les savoir-faire traditionnels, piloté par le PNR du Haut-Jura, a donné entière satisfaction à l'ensemble des partenaires. Le vernissage de l'ouvrage s'est déroulé lors de la partie officielle de la manifestation de fin de programme du 6 juin dernier. La mise en page a été réalisée par l'un des graphistes des Editions Favre à Lausanne; ces dernières gèrent la diffusion et la commercialisation de l'ouvrage en Suisse et en France. L'impression a été assurée par les Presses centrales à Lausanne. L’ouvrage écrit par Marc Forestier dans le cadre de ce projet Interreg Construire avec les ressources naturelles du massif du Jura vient d’être désigné lauréat du prix littéraire Lucien-Febvre 2015, décerné par l’Association du livre et des auteurs comtois (ALAC), en mémoire de l'historien Lucien Febvre (1878-1956), fondateur de l’Ecole des Annales avec Marc Bloch.

Exposition et films

Le Musée de Nancray s'est chargé de la réalisation de l'exposition ainsi que de celle des films qui animent l'exposition. Ils se présentent sous la forme de trois volets d'environ cinq minutes, illustrant chacun des métiers retenus. Conçue pour être itinérante, cette exposition a été visible jusqu'à fin août à la Maison des savoir-faire à Ravilloles dans le Jura Français; elle a rejoint ensuite le Musée de plein air des maisons comtoises de Nancray, puis est en cours de montage au Musée des arts et sciences de Sainte-Croix en Suisse du 27 novembre au 1er mai 2016. Elle sera également proposée aux divers musées et associations du massif du Jura.

Manifestations

Les 25 et 26 avril dernier, une manifestation de fin de programme a été organisée dans le Jura français par le PNR du Haut-Jura, porteur français du projet, en collaboration avec l’Atelier des savoir-faire de Ravilloles.
Côté suisse, nous avons organisé également une fête marquant la clôture du programme Interreg le week-end des 6 et 7 juin. Elle s'est déroulée à Cernier sur le site de l'Ecole des métiers de la terre et de la nature, en collaboration avec le PNR-Chasseral. Nous avons dû abandonner l'idée de réaliser les démonstrations prévues initialement sur le site de l'EMTN et d'Evologia à Cernier pour des raisons de compatibilité du projet avec les contraintes du plan d'aménagement. Avec l'aide de la commune de Val-de-Ruz, nous avons pu trouver une dépendance à restaurer, répondant en tous points à nos exigences, au Chalet-des-Pointes au-dessus des Bugnenets, au fond du Val-de-Ruz. Cette opération a permis de présenter les trois formations mise en place dans le cadre d'Interreg avec le concours des formateurs et de leurs élèves. La toiture en tuiles mécaniques a été remplacée par une couverture en bardeaux. La façade maçonnée au sud-ouest, exposée à la pluie, a été protégée par un revêtement de tavaillons par les spécialistes franc-comtois, alors que le pignon nord-ouest a été doté d'une chape en tavillons. Le crépi ciment récent des deux murs en maçonnerie de moellons a été éradiqué et remplacé par un crépi à la chaux. Un mur de pierres sèches, délimitant le pré du chemin à partir de la dépendance restaurée, avait été malencontreusement réparé en utilisant de ciment pour lier les pierres du couronnement. Il a été démonté et refait dans les règles de l'art.

Activités futures

Les démarches pour la mise en place d'un brevet fédéral se sont poursuivies avec le HiD. Les cours de celui-ci sont dispensés pour l'instant uniquement en allemand, mais ils devraient êtredéveloppés à moyen terme en Suisse romande pour répondre aux exigences du SEFRI. Le module dispensé à Colombier semble répondre aux critères du HiD qui accepterait de débuter la formation en partant de la pratique, pour remonter dans le cursus prévu, plutôt que l'inverse, ce qui aurait permis d'obtenir une participation plus importante pour les modules théoriques et les disciplines générales. Le SEFRI proposait au HiD de revoir son règlement d'examen pour répondre aux critères des professionnels. Celui-ci a finalement décliné l'offre. Le SEFRI a alors proposé de financer et d'étudier la faisabilité de brevets fédéraux indépendants, dans un premier temps pour les trois métiers du projet Interreg, en mandatant à cet effet l'IFFP. Si le résultat est positif, la démarche pourrait être étendue à d'autres domaines du patrimoine bâti (tailleurs de pierre, menuisiers, charpentiers, poéliers, etc.). Le SEFRI a proposé de nous mandater pour ce travail et de jouer le rôle de chef de projet. Il verserait à l'ARoMPB une subvention nous permettant de couvrir les frais de cette étude. Les devis lui ont été soumis (Fr. 20'606.40 pour l'IFFP et Fr. 5'000.- pour l'ARoMPB).

Conclusion

La réalisation du projet s'est déroulée selon nos prévisions, grâce à l'appui et à l'engagement des écoles professionnelles et des parcs naturels régionaux et, bien entendu, à celui de nos financeurs. Ces collaborations constituent un gage, non seulement de qualité, mais également de continuité; ce sont les écoles qui s'occupent de la publicité, gèrent l'ensemble de l'organisation; elles sont ainsi rodées pour la mise en place de nouveaux cours. La qualité de leur engagement et leur intérêt représentent la meilleure des garanties pour la poursuite de ces enseignements après la clôture du projet Interreg, tout comme les prolongements à l'étude pour la mise en place de brevets fédéraux.

 

Sainte-Croix, le 13 novembre 2015                              
Daniel Glauser, secrétaire

Liste des abréviaitions utilisées:

c